La Russie sera Subtropicale ! (V. Pribylovski, 1995)

Note du traducteur :
Deux raisons me poussent à publier une nouvelle traduction du « Manifeste Subtropical ».

Premièrement, la précédente version, hébergée sur le site Mediapart, était scindée en deux parties : un billet d’introduction, et la traduction du Manifeste à proprement parler téléchargeable sous forme de fichier .pdf. Hélas, au gré des métamorphoses du site, les pièces jointes sont passées à la trappe, et cette version n’est donc plus accessible au public depuis un bout de temps.

Deuxièmement, parce que malgré la dizaine d’années qui sépare les deux traductions, et le quart de siècle qui s’est déroulé depuis l’écriture de l’original, ce dernier n’a rien perdu de sa pertinence. Instantané satirique d’une arène politique proprement surréaliste, le Manifeste nous aide à comprendre, en dépit de toutes ses dérives comiques, la manière dont les manipulations cyniques, la violence physique et le pillage généralisé ont pu anéantir tout espoir de démocratie dans les esprits russes en quelques années.

Mike Naoumenko (Zoopark) – «La Chanson du gourou»

Parler des chansons de Mike Naoumenko est, parfois, assez facile : les souvenirs des amis, collègues, disciples et simples témoins des événements ont été consignés dans de nombreuses biographies et mémoires dédiées à Mike en personne ou à la vie de la bohème de Leningrad en général, et des sites compilant les song facts citent ces ouvrages et résument les différentes versions des événements de manière fort pratique. Il ne reste qu’à paraphraser ou à citer.

Akvarium – «Babylone»

Si je dis «roots reggae russe», ça sonne comme le début d'un gag ou l'intro d'un morceau de Ludwig von 88, et c'est effectivement plus ou moins le cas : des groupes de reggae «notoires» et entièrement dédiés au genre ayant existé à l'époque soviétique, on ne peut guère citer que le «Comité de Protection de la Chaleur» (Komitet Ohrany Tepla, KOT) et son leader «Oldie», mais c'est une histoire pour une autre fois, comme ils disent chez Disney. Cette fois-ci, on va aborder un groupe que j'ai mentionné à maintes reprises sans jamais en traduire un morceau entier, Akvarium, et son gourou de leader, Boris Grébenschikov.

Fiodor Tchistiakov – «Supprimez les témoins»

J'ai consacré au groupe Nol' une demi-douzaine de billets, pourtant j'ai à chaque fois soigneusement omis de parler de l'un des épisodes les plus marquants dans la biographie de son leader, «Tonton» Fiodor Tchistiakov. En effet, si la carrière du groupe comporte, comme je l'évoquais dans mon précédent billet qui lui est consacré, une période «classique» allant de 1986 à 1992, c'est parce qu'en 1992, Tchistiakov, dans un accès de folie, et probablement sous influence, tente d'égorger Irina Levchakova. Et là, toutbasculec'estledrame, comme ils disent à la télé.