Akvarium – «Babylone»

Si je dis «roots reggae russe», ça sonne comme le début d'un gag ou l'intro d'un morceau de Ludwig von 88, et c'est effectivement plus ou moins le cas : des groupes de reggae «notoires» et entièrement dédiés au genre ayant existé à l'époque soviétique, on ne peut guère citer que le «Comité de Protection de la Chaleur» (Komitet Ohrany Tepla, KOT) et son leader «Oldie», mais c'est une histoire pour une autre fois, comme ils disent chez Disney. Cette fois-ci, on va aborder un groupe que j'ai mentionné à maintes reprises sans jamais en traduire un morceau entier, Akvarium, et son gourou de leader, Boris Grébenschikov.

Publicités

Fiodor Tchistiakov – «Supprimez les témoins»

J'ai consacré au groupe Nol' une demi-douzaine de billets, pourtant j'ai à chaque fois soigneusement omis de parler de l'un des épisodes les plus marquants dans la biographie de son leader, «Tonton» Fiodor Tchistiakov. En effet, si la carrière du groupe comporte, comme je l'évoquais dans mon précédent billet qui lui est consacré, une période «classique» allant de 1986 à 1992, c'est parce qu'en 1992, Tchistiakov, dans un accès de folie, et probablement sous influence, tente d'égorger Irina Levchakova. Et là, toutbasculec'estledrame, comme ils disent à la télé.